Bienvenue sur le site de

CHOLET VÉLO SPORT

Club affilié à la FFCT sous le numéro 00843 - Ligue des Pays de la Loire.

Les grandes « Classiques » de Cholet Vélo Sport
Cholet - Doué-la-Fontaine - Cholet

Un championnat oublié du Véloce-Club de Cholet



En-tête de la page sportive du journal L'Ouest-Eclair du 30 mai 1927

 

Le championnat du Véloce-Club de Cholet - aussi loin que j'ai pu en trouver trace - s'est déroulé en 1920 (Réunion du bureau du V.C.C. : séance du 6 août 1921) sur le parcours Cholet - Doué-la-Fontaine et retour.
Le 21 août 1921 comme en 1920, le championnat du club se déroule également sur le parcours Cholet - Doué-la-Fontaine et retour. « Le départ sera donné à 7 h précises, route d'Angers à la borne 62, face au Bon-Pasteur, le virage se fera à la borne n° 12 après Doué-la-Fontaine (contrôle assuré par Monsieur Maret) pour les Amateurs et les Professionnels ; pour les Vétérans le virage aura lieu à Vihiers (contrôle assuré par Monsieur Henri Loubet). La course sera dotée des prix suivants :
Catégorie Professionnels : au 1er : 150 fr - 2e : 120 fr - 3e : 90 fr - 4e : 60 fr - 5e : 40 fr - 6e : 30 fr - 7e : 20 fr et 10 fr à tous ceux qui finiront la course dans les délais c'est-à-dire 5 heures.
Catégorie Amateurs : au 1er un objet d'art et un prix en nature aux suivants.
Catégorie Vétérans - Prix en nature
Une prime de 25 f sera alloué, à tous les coureurs qui battront le record de 3 h 10 établi en 1920 ».


Départ, face à l'Asile Leboeuf, du championnat sur route du V.C.C. sur 100 km - Cholet - La Louée - Cholet
Clément Perret (1878-1953) « Le boulanger volant » est le troisième en partant de la gauche. Il gagne l'épreuve en 1897.
Il gagne également ce championnat en 1898 sur le parcours Cholet - Les Sables - Cholet,
année où il s'illustre en remportant le championnat de l'Ouest de fond.

Le Championnat sur route 100 km se déroule toujours sur ce parcours Cholet- Doué-la-Fontaine et retour le 27 août 1922 puis à nouveau le 24 août 1924 et le 22 août 1926. Le 26 août 1923 la course se dispute sur le parcours Cholet (à la sortie des pavés face à l'Asile Leboeuf) La Louée où le virage s'effectue, Cholet l'arrivée se jugeant Place de la Demi-Lune. Pas de trace retrouvée pour l'année 1925. Le 28 août 1927 (la date du 21 août étant modifiée en raison du passage à Cholet de la course du Critérium des Aiglons (Réunions du bureau du 23 décembre 1926 et du 6 août 1927) le championnat se déroule sur un circuit de 50 km contre la montre à parcourir 2 fois (Cholet place de la Gare, les Boulevards, Saint-Léger, Le May, La Jubaudière, Jallais, La Chapelle-Rousselin, Chemillé, Saint-Georges, Trémentines, Nuaillé, Cholet).
Nours retrouvons le parcours Cholet - Doué-la-Fontaine - Cholet le 24 août 1930, en 1931 où le record de l'épreuve est battu en 2 h 58 puis le 25 août 1932, le 20 août 1933, le 26 août 1934, pas de trace en 1935 et le championnat est annulé en 1936 car moins de huit concurrents sont engagés. En 1939 il est prévu le 27 août mais... Le championnat du V.C.C. se déroule le 19 juillet 1942 mais nous n'avons pas de renseignement sur le parcours ni sur le résultat de l'épreuve.

Le 29 octobre 1949, le championnat du V.C.C. prend le nom de « Prix Henri Loubet » du nom d'un ancien secrétaire du club ayant été à ce poste de 1930 à la fin de 1943. C'est Bernard Tisseau qui l'emporte, par un temps pluvieux, toujours sur le parcours Cholet - Doué, en 2 h 50 devant Auguste Cailleau (au surnom, célèbre à Cholet, de Dudu et futur Président du Véloce-Club de Cholet de 1982 à 1989) dans le même temps. Le 15 octobre 1950, Cholet-Doué-Cholet est remporté par Claude Michenaud, « brillant sportif touche à tout »,
en 2 h 48, sur cycles Burton, la marque aux trois marteaux. Son père, Louis Michenaud, lui-même bon coureur cycliste au V.C.C., est propriétaire du café des Bains-Douches, place Saint-Pierre à Cholet. Claude reçoit le bouquet et la bise traditionnelle du vainqueur de Mademoiselle Icard, la coupe étant offerte par Monsieur Poitevin, joaillier et gendre d'Henri Loubet.
C'est la dernière fois que cette épreuve en ligne se dispute sur ce parcours.
En effet le 21 octobre 1951, le championnat du Véloce-Club de Cholet est disputé contre-le-montre de 3'en 3' entre le Grande-Casse et Clisson soit 62,5 km et gagné par René Jaouen, de même en octobre 1952 où c'est Jean Gaborit qui remporte l'épreuve.

Après une interruption le championnat du club est repris temporairement, le 21 octobre 1956 sur un parcours accidenté, contre-la-montre de 50 km, autour de La Tessoualle, remporté en 1 h 20' 26" par Bernard Champion, mais c'est une autre histoire...

Le parcours du championnat
du Véloce-Club de Cholet
Cholet - Borne 62
Nuaillé
Vezins
Coron
Vihiers
Le Pont-de-Trémont
Concourson-sur-Layon
Doué-la-Fontaine - Borne 12
Concourson-sur-Layon
Le Pont-de-Trémont
Vihiers
Coron
Vezins
Nuaillé
Cholet - Borne 62
0
6,5
7
5
9
7
8
7,5
7,5
8
7
9
5
7
6,5
0
6,5
13,5
18,5
27,5
34,5
42,5
50
57,5
65,5
72,5
81,5
86,5
93,5
100
Calcul openrunner : 100 km — D+ : 570 mètres
http://www.openrunner.com/index.php?id=936412
Claude Michenaud, dernier vainqueur en 1950 de
Cholet - Doué et Retour - 100 km dans le temps record de 2 h 48.

 

Cholet - Doué-la-Fontaine - Cholet. Championnat en ligne du Véloce-Club de Cholet jusqu'en 1950.
Le départ se donnait à la borne 62, face au Bon-Pasteur, Avenue du Maréchal Leclerc à Cholet.
A Doué-la-Fotaine le virage pour le retour s'effectuait à la borne 12.

Ce parcours a d'abord été repris par les cyclotouristes du Véloce-Club de Cholet
puis par ceux de Cholet Vélo Sport. Traditionnellement ce circuit s'effectue le premier mai.

Pendant quelques années le parcours d'origine a été respecté puis la route devenant de plus en plus dangereuse en raison de la circulation automobile, un nouveau parcours a été crée, s'effectuant les années paires en partant par Toutlemonde, les années impaires par Trémentines.

 

Cholet - Doué-la-Fontaine - Cholet
Année impaire
Cholet - Doué-la-Fontaine - Cholet
Année paire
Cholet (Place Luçon)
Trémentines
La Tourlandry
La Salle-de-Vihiers
Le Voide
Vihiers
Cernusson
La Fosse-de-Tigné
Tancoigné
Saint-Georges-sur-Layon
Doué-la-Fontaine
Nueil-sur-Layon
Passavant-sur-Layon
Cléré-sur-Layon
La Grippière
La Grossinière
Saint-Paul-du-Bois
La Plaine
Chanteloup-les-Bois
Toutlemonde
Cholet (Place de Paris)
0
11
9
5
8
2
6
5
2
4
6
9
2
4
7
2
3
8
5
9
7
0
11
20
25
33
35
41
46
48
52
58
67
69
73
80
82
85
93
98
107
114
Cholet (Place Luçon)
Toutlemonde
Chanteloup-les-Bois
La Plaine
Saint-Paul-du-Bois
La Grossinière
La Grippière
Cléré-sur-Layon
Passavant-sur-Layon
Nueil-sur-Layon
Doué-la-Fontaine
Saint-Georges-sur-Layon
Tancoigné
La Fosse-de-Tigné
Cernusson
Vihiers
Le Voide
La Salle-de-Vihiers
La Tourlandry
Trémentines
Cholet (Place de Paris)
0
10
9
5
8
3
2
7
4
2
9
6
4
2
5
6
2
8
5
9
10
0
10
19
24
32
35
37
44
46
48
57
63
67
69
74
80
82
90
95
104
114
Calcul openrunner : 113,786 km — D+ : 667 mètres
http://www.openrunner.com/index.php?id=938405
Calcul openrunner : 114,002 km — D+ : 662 mètres
http://www.openrunner.com/index.php?id=940917

Ci-dessous, explicatif du diaporama
Cliquez sur ce lien pour le visualiser !

  1. Extrait du Livre des réunions de Bureau du Véloce-Club de Cholet, séance du 9 août 1921 concernant l'organisation du championnat
    du club sur le parcours Cholet - Doué-la-Fontaine et retour du 21 août 1921.
  2. Extrait de L'Ouest-Eclair du 18 août 1924, à propos de l'organisation du championnat du Véloce-Club de Cholet du 24 août 1924.
  3. Départ du championnat de fond du Véloce-Club de Cholet en 1924, Avenue Leclerc devant le Bon-Pasteur. On reconnait André Micheneau, Germain Duveau, X, Marcel Gourdon, X, Lerein, X, Louis Michenaud.
  4. Extrait du Livre des réunions de Bureau du Véloce-Club de Cholet, séance du 31 juillet 1930 concernant l'organisation du
    championnat du club sur le parcours Cholet - Doué-la-Fontaine et retour du 24 août 1930.
  5. Championnat de fond du Véloce-Club de Cholet 1947-1948. On reconnait Robert Michenaud, Claude Michenaud, René Jaouen,
    Albert Michenaud, Serge Macé.
  6. Résultats du championnat du club sur le parcours Cholet - Doué-la-Fontaine et retour « Prix Henri Loubet » du 29 octobre 1949 :
    1er Bernard Tisseau - 2e Auguste « Dudu » Caillaud.
  7. Résultats du championnat du club sur le parcours Cholet - Doué-la-Fontaine et retour « Prix Henri Loubet » du 15 octobre 1950 :
    1er Claude Michenaud - 2e Roger Fisson.
  8. Article du Courrier de l'Ouest relatant la course du championnat sur route du Véloce-Club de Cholet du 15 octobre 1950.
  9. Place Saint-Pierre en 1950 : On reconnait de gauche à droite Claude Michenaud, le vainqueur du championnat du V.C.C. en 1950,
    René Nerrière et un jeune débutant très prometteur, Clément Auneau.
  10. Une caricature par « Siau d'Eau » des trois cafetiers de la Place Saint-Pierre, haut lieu du cyclisme à Cholet dans les années 1940-50 : Fradin, Soulard et Louis Michenaud.
  11. Résultats du championnat du club sur le parcours Cholet - Clisson et retour contre-la-montre du 21 octobre 1951 : 1er René Jaouen -
    2e Auguste « Dudu » Caillaud.
    Et puisqu'il faut bien terminer une histoire, faisons-le en entrouvant une porte sur un prochain récit :
  12. Pour sa reprise éphémère, le 21 octobre 1956, le championnat du Véloce-Club de Cholet se déroule contre-la-montre sur 51,200 km
    à l'occasion de la fête de La Tessoualle. C'est l'avènement d'un gars du pays, Bernard Champion, qui gagne à la moyenne
    de 38,400 km/h et qui par la suite collectionnera les victoires pendant de longues années.
  13. Photo de la victoire de Bernard Champion au Championnat du V.C.C. à La Tessoualle le 21 octobre 1956.
  14. Le parcours de Cholet - Doué-la-Fontaine et retour de Cholet Vélo Sport effectué le dimanche 1er avril 1979.

Cette icone placée en haut à droite de la page du diaporama vous permet d'agrandir les illustrations
et de revenir à la page initiale
.


Sources :
  • Documents de la famille de Claude Michenaud confiés par son fils, Patrick Michenaud.
  • Archives du Véloce-Club de Cholet qui nous ont été aimablement prétées par le Président de l'Union Cycliste Choletaise,
    Alain Durand.
  • Archives personnelles.

 

Et pour finir un petit historique du premier mai :

La tradition celtique :
Les Celtes partageaient l'année en deux saisons :
- L'hiver commençait le 1er novembre : Samain avec la nuit d'Halloween : c'est Oíche Shamhna.
- L'été débutait le 1er mai : Beltaine, c'est-à-dire le feu de Bel exprimant la Lumière consacrant Lug, le principal dieu celte : c'est Oíche Bhealtaine. On retrouve cette racine dans le nom du dieu gaulois Belenos, ou la déesse gauloise Belisama.
On peut remarquer que les deux principales fêtes celtiques, Samain le 1er novembre, et Beltaine le 1er mai, sont aujourd'hui des jours fériés.

La nuit de Walpurgis :
Dans les pays germaniques et scandinaves, on fête, la veille du 1er mai, la nuit de Walpurgis. Née en Angleterre au début du VIIIe siècle, Walburge est la fille du roi saxon Richard. Elle était missionnaire en Allemagne où elle a dirigé le couvent de Heidenheim, dans l'actuel Wurtemberg.

Les calendes de mai :
En Italie, on fête le Calendimaggio, en particulier à Florence et Assise. Ce nom vient du latin calendæ : calendes (premier jour du mois), ce sont les calendes de Mai.

L'arbre de mai :
Le mois de mai, c'est le mois du renouveau de la verdure. Les premiers jours du mois voient les fleurs s'épanouir. C'est le printemps dans toute sa force. Le mois de mai a donné son nom au mai :
- Qui est un rameau de feuillage en l'honneur du printemps en latin : un mai porte le nom de frons festa : un rameau de fête.
- Qui est l'arbre de mai que l'on plante le premier mai, on plantait le mai devant la porte d'une personne que l'on souhaitait honorer.
- Qui est un cadeau que l'on offrait le premier mai. Cette tradition persiste de nos jours : on offre un brin de muguet.

Le muguet du 1er mai :
Mai, c'est aussi le mois des fleurs. Les Romains célébraient les Floralia (Florales) au début du mois de mai en l'honneur de Flora (Flore), la déesse des fleurs. En Grèce, cette fête portait le nom d'Anthestèries, de anthos, fleur. Cette tradition persiste toujours en Grèce : des couronnes de fleurs sont suspendues à l'entrée des maisons. En France le premier mai c'est le muguet qui doit son nom au parfum de muscade. En ancien français, on écrivait musgue, musque... mugueter, c'était conter fleurette. En langage argotique un muguet est un jeune élégant et une muguette est une jeune élégante... qui sentent bon, comme le muguet. Mai, c'est aussi le temps des amours... offrir du muguet porte bonheur et rend amoureux ! C'est également le mois des naissances.

La Fête du travail :
Mai, c'est aussi le mois de la contestation. Des ouvriers aux étudiants, de mai 1886 à mai 1968... Le 1er mai 1886 éclatent à Chicago des émeutes sanglantes pour réclamer la journée de travail de 8 heures. En 1889, le congrès international ouvrier socialiste se réunit à Paris à l'occasion du centenaire de la Révolution française et vote la résolution suivante : « Il sera organisé une grande manifestation le 1er Mai, de manière que, dans tous les pays et dans toutes les villes à la fois, le même jour convenu, les travailleurs mettent les pouvoirs publics en demeure de réduire légalement à huit heures la journée de travail et d'appliquer les autres résolutions du congrès international de Paris ». Cette revendication sera accordée, en France, au lendemain de la première guerre mondiale. Le 1er mai devient jour férié après la seconde guerre mondiale et porte le nom de fête du travail.

 

- Bonne route et bonnes découvertes -

© Jean-Luc LANGERON - 30 avril 2011.
Accueil --- Haut de page --- Parcours